Lors du conseil municipal du 08/10/2020, nous avons examiné le rapport d’activité de Vert Marine, gestionnaire de la piscine des Closeaux. Vous trouverez ci-dessous mon intervention.

A la lecture du rapport remis par Vert Marine on a de quoi s’interroger sur les capacités du délégataire à remplir sa mission.

On constate à la lecture du tableau des charges d’exploitation que le budget consacré à la main d’œuvre a diminué de 40 % entre le prévisionnel et le réalisé. En contrepartie les dépenses de sous-traitance ont littéralement explosé puisqu’elles sont passées d’un prévisionnel de 36 950 euros à un réalisé de … 287 421 euros. Les cours et la surveillance ont donc été assurés par des sous-traitants au risque qu’ils n’assurent pas leur mission dans la durée faute de stabilité contractuelle. M. Le maire pourquoi Vert Marine n’a t elle pas embauché ces maîtres nageurs en CDI?

On s’aperçoit également à la lecture du même tableau que les dépenses d’entretien et de maintenance ont été loin d’être à la hauteur des sommes pourtant budgétées par Vert Marine lui-même. Les dépenses d’entretien et réparation ont baissé de 75 % entre le prévisionnel et le réalisé. Vert marine avait budgeté 37000 euros de « renouvellement » mais n’a finalement dépensé que 15500 euros. Les dépenses de maintenance ont été de 23468 euros alors qu’elles avaient été budgetés pour 40650 euros.

A ce rythme-là M. Le maire dans quel état allons nous retrouver la piscine des Closeaux à la fin du contrat avec Vert Marine ?

Alors certes le résultat d’exploitation présente un bénéfice de 63189 euros mais ce bénéfice a été obtenu au détriment de la propreté, de l’hygiène et de la sécurité de la piscine des Closeaux. Nous refusons donc le quitus donné à Vert Marine par la mairie.

Enfin je conclurais en rappelant que les DSP sont conclues aux risques et périls du délégataire. Nous serons donc très attentifs aux concessions que seraient amenés à faire la mairie en faveur de Vert marine pour compenser la perte de recette liées à la crise du COVID19.

 

Le social à la peine

La restructuration des Services des Solidarités Territoriales (SST, ex EDAS) regroupés à Nanterre en ce qui concerne Rueil, avec comme objectif une meilleure efficacité, se révèle dans les faits, catastrophique pour les usagers.

Les Pouvoirs Publics allèguent comme excuse la difficulté à recruter,

En savoir plus

Pour la création de pistes cyclables à Rueil

Le baromètre Parlons Vélo de la FUB (1) a été publié le 11 février dernier et le verdict est sans appel. Les votants ont jugé le climat de la ville de Rueil-Malmaison plutôt défavorable au vélo. Rueil-Malmaison continue de figurer parmi les villes en retard et surtout ne montre aucun progrès depuis le précédent baromètre en 2019 puisque son classement reste bloqué à la lettre E (sur une échelle de A+ à G).

En savoir plus

La DSP (délégation de service public) en question

De nombreuses villes ayant un budget très contraint, décident de déléguer la gestion d’une partie des services publics dont elles ont normalement la charge, à une société privée. Cela leur permet de sortir des activités du budget de la ville et de retrouver ainsi un peu de souplesse budgétaire,

En savoir plus

POLD – Mise en place d’une TEOM commune, mon intervention

Le 29 septembre s’est déroulé un conseil territorial en mairie de Levallois. Je suis intervenu à l’occasion des 2 délibérations instituant une taxe d’enlèvement des ordures ménagères commune pour l’ensemble des communes du territoire.  Devant les nombreux obstacles administratifs et politiques qui se dressent devant nous pour aboutir à une taxe uniforme sur le territoire je suis intervenu avec le texte suivant:

Monsieur le président,

En savoir plus