skip to Main Content

Pendant de nombreuses années, jusqu’en 2018, la piscine des Closeaux a été gérée en régie, par du personnel municipal. Les maîtres-nageurs étaient des salariés de la commune.

Progressivement les relations entre la mairie et les maîtres-nageurs se sont considérablement détériorées. La Mairie, qui avait décidé de longue date de confier une Délégation de Service Public à une société privée pour la gestion de la future piscine de l’Arsenal a brutalement décidé en 2017 d’anticiper cette situation en confiant la gestion de la piscine des Closeaux à une société privée par le biais d’une Délégation de Service Public.

Cette DSP a été votée en Conseil Municipal en Juin 2018, contre l’avis des conseillers socialistes et EELV qui se sont élevés contre cette décision que rien ne justifiait.

Un certain nombre d’actions en justice ont été intentées depuis contre cette décision mais également contre d’autres décisions que les maîtres-nageurs considéraient comme contraires à leurs intérêts.

La conséquence de ce conflit entre la mairie et les maîtres-nageurs sont coûteuses pour la municipalité :

  • La mairie a été condamnée le 17 décembre 2019 à verser 76900 Euros à 6 maîtres nageurs en compensation du refus de cumul d’emploi fait à 6 maitres nageurs alors que leurs collègues étaient autorisés à le faire
  • La mairie a du verser à partir de la mi 2018 leurs salaires aux maîtres-nageurs qui se retrouvaient sans emploi après le passage de la piscine des Closeaux en DSP, les maîtres-nageurs, malgré leurs demandes n’ayant pu être reclassé dans le personnel communal. Coût 309 000 Euros
  • A partir de novembre 2019 5 des agents concernés ont été rattachés à un centre de gestion régional dont ils dépendent désormais. Mais la ville doit verser 14 000 Euros chaque mois à ce centre. Pour l’instant 56 000 Euros ont été déboursés par la ville

Le retard dans la construction de la nouvelle piscine, du fait de la crise sanitaire, risque également d’être pénalisant pour la ville. La société Vert Marine, titulaire de la DSP pourrait demander des compensations pour le manque à gagner du fait du retard de l’ouverture de cette nouvelle piscine

Signalons enfin que le Maire devait comparaître en justice le 5 juin pour avoir « omis » de fermer la piscine en juin 2018 alors que le taux de légionelle était 35 fois supérieur au taux autorisé. Le procès a été repoussé.[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Back To Top