skip to Main Content
Assemblée Citoyenne #2 : Le Plein D’idées

Le 18 décembre dernier, la salle Gallieni était comble pour échanger et proposer une nouvelle ville pour les enfants, de la crèche à l’adolescence. L’avenir de ces enfants ne peut laisser les Rueilloises et Rueillois indifférents et les idées fusent !

Vincent Poizat, candidat de notre liste « Le Renouveau pour rueil », ouvree l’assemblée en expliquant l’organisation de la soirée, selon le principe du « world café » : chacun écrit ses propositions sur des « post-it », chaque sujet est abordé au fur et à mesure que les facilitateurs vont de table en table avec leur carton habillé des propositions. Chaque proposition est débattue collectivement. Le sport, la culture, les crèches, les activités périscolaires et la cantine scolaire sont les thèmes abordés alternativement. En fin de soirée, chaque facilitateur/collecteur présente l’ensemble des idées proposées.

La piscine fut un thème approfondi tant au niveau des dysfonctionnements de l’ancienne piscine des Closeaux, de la cession de sa gestion à la société privée Vert Marine avec les conséquences restrictives pour les enfants, que des interrogations sur la nouvelle piscine en construction.

La cantine a permis d’évoquer de nombreux sujets : à nouveau les problèmes dus à la cession à une société privée, mais aussi comment redonner envie de manger aux enfants, le cuisinier comme une personne du système éducatif, l’auto approvisionnement en circuit court et les jardins partagés, le jardinage comme activité de 7 à 77 ans …

Places en crèche, activités périscolaires, troupe de théâtre en résidence …

Le nombre de places en crèche insuffisant est un autre problème pour les familles (comment se fait l’attribution des places ?), surtout face au « bétonnage » de la ville qui nécessite la création de nouvelles crèches. Mais celles-ci ne sont pas prévues par la mairie, elles sont encore une fois confiées au secteur privé donc plus chères, excluant certains parents (pas de prise en compte du quotient familial), et posant aussi le problème du recrutement et de la formation du personnel.

Les activités périscolaires devraient permettre une continuité avec l’école, proposer des projets d’éducation scientifique et culturelle. Mais on constate une sous-utilisation des équipements culturels existants, un fonctionnement parfois un peu « garderie ». Les minibus exploités par une nouvelle entreprise se sont réduits et les enfants doivent souvent se déplacer à pied.

Le sport des adolescents demande le plus d’attention, il faut leur offrir des lieux de pratique en autogestion sécurisés. Prévoir les sports émergents et en faciliter la pratique, par exemple l’escalade. La politique sportive doit être le sport pour tous et en conséquence les tarifs pratiqués ne peuvent interdire une discipline.

Pour la culture qui reste souvent localisée en centre-ville, vous êtes invités à lire le compte-rendu ci-dessous avec de multiples propositions et en particulier la proposition de la venue d’une troupe de théâtre en résidence dont l’activité pourrait se déployer dans les établissements scolaires.

   

 

Back To Top